lundi, 4 mars 2013

Observatoire des journalistes et de l'information médiatique

Un site intéressant sur les médias.

http://www.ojim.fr/sondage-independance-et-pluralite-des-journalistes/

lundi, 29 octobre 2012

Qui croire?

Dans son édition du 28/10 le JDD afirmait que Nicolas Sarkozy avait regardé le "duel Fillon -Coppé"; or dans le Figaro du 29/10 l'attachée de presse de l'ancien président dément.

Si le fait en lui même a peu d'intérêt, il est une fois de plus le reflet du "sérieux" de la presse française...

mercredi, 15 juin 2011

DSK

Mesdames et Messieurs les responsables de Médias et journalistes, pendant combien de temps allez vous continuer à faire vos «Unes » sur DSK : sa photo au tribunal, son appartement, ses aller et venus …...?

L'affaire DSK n'est plus un sujet politique, il est « out », ni un sujet économique, il a quitté le FMI, mais juste maintenant une affaire « privée » qui vaut peut être une « série » ou un feuilleton à la sauce Hollywood, mais en aucun cas de monopoliser vos rédactions !

Posez vous deux questions :

Quel % de nos concitoyens sont concernés par cette affaire judiciaire de l'autre côté de l'atlantique, dans leur quotidien ? Quel % se sentent concernés par les sommes en en jeu pour la caution, l'emménagement, les avocats... A part le microcosme politico-mediatico-nombrilo parisien le % est très faible; ne vous sentez vous pas déconnecté de vos lecteurs?

Alors traitez les vrais sujets qui nous concerne en « Une » et/ou ouverture de vos journaux et gardez l'affaire DSK pour votre feuilleton d'été, sans oublier peut être de réfléchir sur les vrais sujets de société qu'elle induit : « pouvoir et argent », « égalité homme femme et respect des femmes », « politique et moralité »....

vendredi, 17 septembre 2010

Citation: le JT (Philippe Bouvard)

Comme le dit très justement Philippe Bouvard "le JT de 20H devrait être un apéritif, pas un coupe-faim!"

L'on ne peut qu'être d'accord avec une telle remarque mais ilsemble que les repsonsables de chaînes ne l'ont pas compris. Sans entrer sur le rôle de la télévision et du JT, il serait nécessaire de réfléchir comment et pourquoi le journal télévisé existe?

Le monde n'est il qu'une catastrophe et quel effet cela nous fait il?

lundi, 26 janvier 2009

Les Etats Généraux de la Presse .....qu'en penser?

Malheureusement pas grand chose! Les vraies question n'ont pas été traitées: monopole du syndicat du livre et coût exhorbitant des quotidiens, indépendance des journaux et des journalistes, réconciliation des lecteurs avec leur presse... Les mesures annoncées vont dans le bon sens sans aucun doute mais elle ne traitent pas au fond les problèmes, mais plutôt de l'urgence afin de "protéger" près de 100.000 emplois. A crise économique, réponse économique; mais à crise structurelle, déontologique, "existentielle" aucune réponse concrète.

Toutes les mesures sur la publicité gouvernementale, le portage et les points de vente, l'abonnement gratuit pour les jeunes, ne peuvent que soulager "le malade" mais en aucun cas le guérir.

L'enveloppe de 20 million pour Internet va aider ce média à se développer et accélerer son rôle dans la diffusion de l'information.

Mais la "modernisation" des imprimeries est remise à plus tard et laissée au bon "soins des partenaires sociaux", la recapitalisation ou la formation de groupes indépendants est "souhaitée", l'indépendance des journaux et des journalistes non traitées: une chartre devra être "négociée entre éditeurs et journalistes et annexée à la convention collective"...

Et quid de de la place des gratuits, des blogs et magazines d'opinions qui se sont développés face à une presse "identique"? Quant à l'objectivité et "l'autocensure" elle est totalement passée sous silence.

Donc à suivre....



L'on pourra lire avec intérêt les deux points de vue dans "articles, revue de presse" du même blog: Jean Marie Charon et Haly Jade

dimanche, 16 novembre 2008

Les Etats généraux de la presse

Beaucoup a été écrit dans ce blog sur les médias.

Concernant ces Etats généraux, personne ne sait encore de quoi ils vont "accoucher".

Mais si, comme l'indique le très bon article de Patrick Eveno dans "Le Monde" du 15/11/08 (voir le texte dans "articles, revue de presse"), le Forum permanent des sociétés de journalistes continue de les boycotter, l'avenir est sombre. Une presse sans journaliste n'existe pas, mais une presse française qui ne se réforme pas, disparaîtra.

Ces Etats généraux étaient une opportunité de mettre autour de la table la majorité des acteurs mais s' exclure volontairement n'est-il pas "irresponsable" dans la situation actuelle? à suivre...

dimanche, 21 septembre 2008

La presse et "le choc des photos"

Tout a été dit sur les photos publiées par Paris Match des talibans exhibants les armes ou effets personnels de nos soldats tués.

Mais pour la suite il serait important que l'on profite "des états généraux de la presse" pour poser une fois pour toute la question du droit et du devoir à l'image en dehors de toute polémique, partie pris et hypocrisie; en tenant compte du respect des personnes et des familles, du rôle d'information des médias, des nouvelles technologies de diffusion, des différents conflits ou évênements internationaux, des intérêts de chaque Etat...

Le festival "Visa pour l'Image" qui a lieu à Perpignan tous les ans début septembre, montre "tout"; malheureusement et bien qu'ouvert au public il n'est fréquenté que par quelques milliers de personnes et initiés, car les clichés exposés ne peuvent laisser indifférents quant à la situation dans certaines régions de notre monde "civilisé". S'il devenait très grand public, devrait t-on s'attendre à de vives réactions peut-être légitimes mais sûrement au détriment de la vérité?

Avons nous déja oublié: les photos de la guere du Vietnam, de la guerre en Tchéchénie, du 11 septembre, du tollé des occidentaux alors que les américains cherchaient à cacher le retour des cerceuils des soldats tués en Irak ou tout simplement des attentats qui ensenglantent le Moyen Orient tous les jours....

Que les familles des soldats tués en Afghanistan aient pu être choquées cela se comprend, mais que d'autres "personnalités" se choquent, cela est plus étrange; car n'oublions jamais qu'à l'heure d'internet, plus rien n'est "tabou" et qu'il vaut mieux que l'information vienne d'un média et de journalistes qui ont fait leur métier et pris des risques, plutôt que d'un "amateur sans scrupule".

dimanche, 24 août 2008

Pourquoi une telle "non présence audiovisuelle" française à l'étranger?

Notre présence audiovisuelle à l'étranger est un vrai désastre et ce constat n'est pas récent.

Le citoyen français qui voyage hors de ses frontières, pour affaires ou tourisme, dans une grande chaîne d'hôtel, ou dans un deux étoiles, n'a bien souvent comme unique chaîne que TV5? Or sans remettre en cause sa qualité TV5 n'est pas une chaine française mais francophone. Certains groupes hoteliers français ne l'ont même pas! Quant aux autres chaînes l'on peut "parfois" les avoir en Europe mais aux USA ou Asie n'en parlons pas!

Serions nous plus "incapables" que les anglais, allemands, américains, russes, espagnols, italiens, ukrainiens, pays de langues arabes....autant "d'états" qui dans tous les hotels ont au moins une chaine nationale? Ou alors y a t il de tels intérêts économiques que nous ne sommes pas capables d'y faire face?....

Notre culture, notre langue perd de plus en plus de terrain, or la télévision devrait être un outil de promotion et de développement et être présente au minimum dans les chaines hotelières comme le sont la plupart des grandes chaînes des autres pays ou langues étrangères.

Rationnaliser l'audiovisuel extérieur français est sans aucun doute une bonne chose mais avant tout pour être au service de notre pays afin de développer et d'amplifier notre langue et en fournissant aux français à l'étranger un minimum de présence!

Nous ne semblons pas avoir compris en France que le rayonnement de notre pays passe en partie par sa langue. Il faut dire que des exemples récents aux plus haut niveau sont inquiétants: que ce soit à l'ONU, au Comité Olympique, dans les déclaration de certains ministres de la République, le Français n'est plus reconnu comme une langue officiel et d'échange.

Et pour en revenir à la télévision, le meilleur moyen de s'informer ou de se divertir pour un français hors de son pays et dans sa propre langue, reste internet et au moment où l'on discute de toute part sur la situation des médias, il serait utile de s'en rappeler!

dimanche, 24 février 2008

Groupes de Medias et opérations de croissance

Il est toujoiurs étonnant de voir des médias (surtout presse écrite) lorqu'ils informent sur des opérations de confrères, parler de chiffre d'affaires et de ne jamais mentionner non la marge nette. Les journalistes devraient être bien placés pour savoir qu'un groupe de médias ou des activités qui dégagent une marge nette négative auraient peu d'avenir... Plutôt de parler d'opérations qui permettent à tel ou tel groupe d'augementer son CA de 10, 20% ou même de le doubler, il serait plus "honnête" vis à vis du lecteur landa de préciser également la participation de telles opérations à la marge nette qui est la règle générale pour juger de la rentabilité vis à vis entre autre du personnel et des activité que l'on garde ou non!

vendredi, 15 février 2008

La couverture unique....

Depuis octobre 2007 (environ sur 17 semaines) si l'on "étudie" une dizaine des principaux magazines hebdomadaires, news et grand public, l'on arrive à plus de 100 couvertures avec nicolas et/ou cecilia et/ou carla.

A la pensée unique s'est substituée la couverture unique! Il est vrai que réaliser une couverture avec des euros ou des $ qui s'envolent suite à la crise des subprimes ou de la Société Générale, avec le Tchad, ou le Moyen orient, des grêvistes, la coupe Davis ou quelques autres sujets d'actualité qui concernent la vie quotidienne des français, intéresse beaucoup moins les lecteurs et doit être moins vendeur puisque chacun sait qu'en kiosque c'est la couverture qui fait vendre.

Il est clair que la distinction entre vie privée et vie publique en ce qui concerne le Président est très relative et l'on ne peut que dire bravo et merci à jean Daniel pour avoir dans son éditorial de mercredi dernier, reconnut que cétait une erreur d'avoir publié LE sms: «C’est précisément parce que (Sarkozy) faisait tout pour nous entraîner dans son univers qu’il ne fallait pas s’y laisser conduire. La porte qu’il a ouverte en étalant sa vie privée, nous n’avions pas à la franchir. Si j’avais eu l’information dont Airy Routier a disposé, je me serais empressé de m’en détourner."

Mais pour en revenir à notre "couverture unique", où se sont "laissés conduire" ces magazines et qui a première vue n'a pas été souhaitée par les intéressés, il serait intéressant que les dits magazines consacrent, pour l'information de leurs lecteurs, un article circonstancié sur la variation de leurs tirages (qui ont plus de signification que l'ojd) durant ces mêmes périodes; car si l'on en est arrivé à ce matraquage l'on peut s'interroger pour quelle raison ces mêmes magazines se sont laissés entraînés dans cette direction et peut-on encore parler d'information? Ne serait-ce pas uniquement par rapport à leur compte de résultats? Et les bouclages ont du être plus rapides et donc plus économiques puisque aucune hésitation n'avait lieu d'être! Si c'est le cas l'on comprend mieux le mélange des genres et cette course au Président.



Cher Henri Salvador, vous qui étiez la joie de vivre et un modèle d'enthousiasme, espérons que dans cette période morose, vous fassiez la couverture de nombreux magazines; mais n'êtes vous pas parti au mauvais moment? Le bouclage a eu lieu et le compte de résultats se rappel au bon souvenir de la "couverture unique"...

samedi, 9 février 2008

Le SMS....

Vrai ou faux "le SMS" n'a pas d'importance pour le citoyen; par contre ce qui devient choquant c'est cette atteinte à la vie privée! Même si le Président a parfois trop joué entre vie privée et vie publique et s'est "brûlé", il y a un moment ou "too much is too much"! Les journalistes encore une fois ne peuvent pas critiquer la mise en scène de sa vie privée/vie publique et en même temps y participer eux mêmes! Il faut choisir! Que l'on arrête aussi de nous parler de l'indépendance de la presse non respectée car d'une part elle ne l'est pas, du fait souvent des journalistes eux mêmes, et d'autre part cette "publication" n'a rien avoir avec une information indépendante!

Autre question: espérons également que ce n'est pas un "piratage" d'un employé de l'opérateur téléphonique concerné, car dans ce cas là ce serait "le début de la fin" du respect de la vie privée de tout citoyen quelqu'il soit et pour n'importe quel motif! 

jeudi, 7 février 2008

Politique et communication

Il est toujours étonnant de voir les "erreurs de communication" des gouvernants qui normalement devraient être bien conseillés par leurs "conseillers" et aussi par les remontées du terrain des élus. Le dernier exemple en est le rapport Attali. Sans juger le fond du rapport, ce dernier propose des solutions parfois "révolutionnaires et dérangeantes" donc forcemment amenées à être discutés, encouragées, rejettées....

Que penser de sa publication juste avant les municipales? Communiquer est tout un art en politique mais encore faut-il choisir le bon moment! Le pouvoir semble avoir oublié la Tva sociale et l'entre deux tours des législatives...

mardi, 29 janvier 2008

Quel avenir pour notre Presse Quotidienne Nationale?

L’exception française se manifeste encore : de l’Humanité au Figaro,  pourquoi la presse quotidienne nationale n’appartient-elle, en totalité ou en partie, qu’à des groupes industriels ou financiers?

Lorsque l’on connaît la rentabilité de cette presse, l’on peut se demander pourquoi les dirigeants du CAC 40 s’intéressent  autant à ces investissements qui sont loin de dégager les marges nettes qu’eux mêmes exigent de leurs collaborateurs.


Hormis la PQR encore «relativement » indépendante, mais pour combien de temps, notre PQN va-t-elle bientôt devenir « la voix » du Cac 40, des intérêts industriels, du pouvoir d’influence et du « donnant/donnant » ?


La France n'a plus de vrais quotidiens d'opinion; de gauche à droite, les sujets sont les mêmes, les sujets non traités identiques!
Faut-il alors s'étonner du développement des magazines d'opinion, d'internet, des blogs, des gratuits....
Pourquoi payer si cher un journal, et on le constate de plus en plus chez les jeunes, pour avoir une information limitée, orientée, autocensurée alors que les moyens modernes nous permettent en quelques secondes d'avoir accès à TOUTE  l'information française et internationale?

Plutôt que de s'arc bouter sur des règles obsolètes (par exemple: la non publication des "résultats" des élections sur les sites français avant la fermeture des bureaux de vote, alors que les Belges, Suisses, Américains les donnent  à    18H  ...), le Gouvernement, le Parlement, le Syndicat du livre, les Journalistes devraient s'atteler à trouver une vraie solution à l'indépendance de l'information: se serait sain pour la démocratie, pour le pouvoir, pour l'emploi, pour le dynamisme d'une nation....

Il n'est pas question de villipender les entrepises du CAC propriétaires de journaux; participer au débat en tant que propriétaire, c'est leurs droits; rappeler les contraintes économques, c'est leur devoir; intervenir sur le contenu du journal, c'est La Question de Fond... 

Il parait donc important de poser les vraies questions au niveau national afin de trouver les vraies réponses à une véritable indépendance de la presse: capital, structures, coûts, aides, déontologie, distribution etc...:
- Le Gouvernement et le Parlement parce qu'ils fixent les règles du jeu, peuvent participer au développement, aux restructurations et à l'évolution face aux nouvelles technologies.
- Le Syndicat du Livre, parce que son quasi monopole d'embauche, de rémunération, de gouvernance, fait qu'il est au centre des problèmes économiques de la presse.
 - Les Journalistes, parce qu'épris d'indépendance, ils doivent aussi être irréprochables dans leurs affirmations et accepter qu'en cas d'erreur, ils soient sanctionnés. 

"La presse n'est pas iune marchandise comme une autre", mais les dégâts que peuvent causer un titre ou un article nécessitent une responsabilité à la hauteur et une déontologie irréprochable; juste un exemple, pris hors de la politique et de l'économie, l'affaire d'Outreau qui relayée, amplifiée par les médias a entraîné ce drame national; un peu de prudence et d'objectivité auraient été nécessaires.

Il est important aussi de se pencher sur la distribution de la PQN, qui dépase la seule restructuration des NMPP; l'accès à un journal quotidien national concerne les kiosquiers, le commerce de proximité, les transports, la poste, le portage....afin que chacun siur le territoirenational puisse se procurer l'information qu'il souhaite.

En cette période de "volonté politique", de changement, de concertation, cette remise à plat des règles de fonctionnement de la PQN et de l'Information en général, devrait être une priorité. D'autres pays pourraient nous donner des pistes:
Les pays Anglo-saxons, l'Espagne, l'Allemagne, entre autre, ont encore une presse d'opinion, la france malheureusement a une presse de "soi-disant pouvoir".

La PQN peut avoir encore un bel avenir devant elle malgré des prévisions pessimistes, mais cet avenir elle doit le "reconquérir" en restant INDEPENDANTE et OBJECTIVE, sinon elle disparaîtra en tant qu'organe d'information.   

dimanche, 20 janvier 2008

Vie privée Vie Publique

Il paraîtrait que les français sont fatigués des "unes" des journaux sur le Président et son amie et/ou ex femme...Toutefois rappelons quand même, que ce sont les journaux qui se plaignent de son "activisme" et d'être trop présent, qui en parlent! Lorsque l'on connaît l'augmentation des ventes des magazines "people", arrêtons l'hypocrisie...Je suggère que ces mêmes journaux fassent l'impasse sur la vie du Président....mais sans pleurer sur leurs comptes d'exploitation! L'espace libéré, permettra de traiter des vrais problèmes qui concernent les habitants de notre pays et du reste de la planète.