Crise Migratoire : Comment en est on arrivé là, où allons nous ?

Afghanistan, Irak, Lybie, Tunisie, Egypte, Syrie, Somalie, depuis bientôt 30 ans le Moyen Orient est en proie à une instabilité dont les occidentaux sont en grande partie responsables. « Responsables mais pas coupables », cela a permis pendant toutes ces années de fermer les yeux sur les conséquences éventuelles de ces guerres, conflits, révolutions... Chaque camp s'est affronté par politique interposée chacun défendant ses propres intérêts avec pour conséquence entre autre plus de 5 milllions de déplacés et réfugiés.

Ne nous faisons pas croire qu'aucun politique de haut rang dans les pays « occidentaux », Russie comprise, n'ont envisagé les conséquences de ces différents conflits ; mais ils n'on rien fait pour les prévenir et aujourd'hui l'on assiste à une « déferlante » de population qui fuit la guerre, les massacres, la famine etc..

L'Europe est en première ligne mais n'est pas la plus responsable de cette tragédie. L'hypocrisie vis à vis de la Turquie, des pays du Golf, le jeu ambigue de Moscou sont autant de faits ayant permis que la situation empire et aujourd'hui qu'elle soit devenue ingérable.

L'on se retrouve devant des flux que plus personne ne contôle et ne gère et qui fait la richesse des mafias locales, plusieurs milliards d'€.

L'Europe, en pleine «cacophonie», suite à cet afflux non maitrisé et «prévu», voit une montée des nationalismes, les USA donnent des leçons mais sont bien loin des pays conernés, Moscou et la Turtquie défendent leurs propres intérêts et règlent leurs comptes soit entre eux soit avec l'Europe et les USA. Des guerres par procuration se développent.

Au milieu de tout cela des millions de réfugiés, qui après avoir « fait pleurer dans les chaumières » deviennent la cible des extrêmistes mais surtout maintenant ne sont plus les bienvenus car aucun gouvernement ne sait que faire. Schengen explose, la Convention de Genève sur les réfugies paraît bien peu à la hauteur des enjeux, l'ONU est impuissante et surtout aucun pays n'est prêt à accueillir de façon «digne» un tel afflux de personnes.

Le tempo n'est pas le même pour les politiques qui discutent et pour les populations qui souffrent. La trève signée entre les USA et la Russie pourra-t-elle durer et conduire à un début de solution ? Quels pays, quels gouvernements, quels gouvernants seront capables d'arrêter ces massacres, ces flux, ces guerres ? Aujourd'hui, malheureusment il semble que personne n'en a ni la volonté ni la capacité. Personne ne sait où nous allons.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet