Brexit - Europe

Jamais tout à fait IN et maintenant OUT, le Royaume «dés »Uni, connait une des ses pires crises de l'après guerre. De son côté l'Europe fait aussi face à une nouvelle crise qu'elle n'a pas vu ou voulu voir venir et qu'elle va devoir gérer et surmonter.

La situation anglaise est paradoxale : une pétition de plus de 3 millions de voix demandant un nouveau référendum, des politiciens ayant fait campagne sur de faux arguments et une population qui se réveille avec un coup de massue et dont certains commencent à douter de leur choix. Non préparés à un tel vote, personne au Royaume Uni n'a anticipé les conséquences d'un tel changement majeur. Le Premier Ministre a joué avec le feu et s'est brûlé, mais pire que cela, il a incendié la maison britannique. Il est fort à parier que les prévisions des différents économistes ou organismes internationaux se révèlent exactes et donc que les prochaines années seront dures pour le peuple anglais.

L'Europe, elle, est obligée de redescendre sur terre, elle dont beaucoup de « dirigeants » étaient un peu « hors sol » et réalise qu'elle n'est plus en phase avec les aspirations des peuples qui la composent : Trop de règles, de normes, d'austérité, de technocratie, de contraintes, de directives et pas assez de vision, d'avenir, d'espoir, de sécurité et de projets communs. Elle est devenue une technocratie/bureaucratie qui s'auto-entretient et dont la pléthore de fonctionnaires à Bruxelles n'est que le reflet. Certaines réunions/discussions laissent un sentiment «surréaliste» et complètement en décalage avec les préoccupations des européens.

A sa décharge, les gouvernants des nations qui la composent n'ont pas été capables ces dernières années de lui influer un vrai projet politique, économique et aujourd'hui sécuritaire. Une vraie vision stratégique et collective lui manque et les égoïstes individuels ont bien souvent pris le pas sur le reste. N'oublions pas que toute technostructure a horreur du vide. Le manque de vision dans la crise migratoire en est un exemple ; comment se fait il qu'aucun dirigeant européen , suite à la situation au Moyen-orient , n'ait vu venir le chaos ?

Europe réveille toi si tu veux que les populistes de tout genre ne prennent le pouvoir et regarde en face la situation mondiale. Que pèse chacun de nos pays face à la Chine, l'Inde, les Brics et les États Unis?

L'euro deuxième monnaie internationale nous a permis de surmonter bien des crises et surtout de libérer les échanges entre nous.

L'espace Schengen, aujourd'hui en faillite, a permis à des millions de nationaux de voyager et de se connaître. Il doit être repensé en fonction des faillites passées mais surtout en fonction de la mondialisation à venir.

La paix a permis un développement économique sans précédent même si aujourd'hui il est contesté par certains. Le marché unique doit être approfondi, la politique agricole commune revue mais en aucun cas supprimée.

L'élargissement a été trop rapide et mal préparé et aujourd'hui il faut réinventer une Europe à 27 mais qu'à 27 et abandonner tout autre élargissement tant que les bases ne sont pas refondées.

Il est nécessaire que Bruxelles soit au service des nations et non un «législateur» sans fin et à tout va. Mais pour cela elle a besoin de directions claires des gouvernements et du Conseil. L'intégration économique, financière, fiscale doit être accélérée car certaines distorsions sont préjudiciables au projet européen.




Il est aussi sans doute urgent de prendre son temps pour la sortie des anglais et de garder son sang froid, quelque soit la durée des négociations; mais il reste prioritaire et urgent pour l'Europe de reconstruire un projet, de retrouver un leadership dans la concert mondial et de redonner espoir aux peuples qui la compose.

Emploi, recherche, sécurité, stabilité financière, compétitivité et développement économique sont quelques unes des priorités auxquelles les gouvernants et Bruxelles doivent s'atteler. L'Europe doit redéfinir ses compétences, réaffirmer ses valeurs, se reconnecter avec les peuples.

Ce n'est qu'en retrouvant ces priorités et en laissant aux nations ce qui est de leur ressort que l'Europe continuera à avancer et jouer un rôle auprès des autres nations; c'est à ces conditions que la «vieille Europe» deviendra la nouvelle Europe!

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet