Coronavirus

Nos yeux, nos oreilles, nos pensées n’ont aujourd’hui qu’un seul sujet, ce virus qui parcourt le monde au rythme de notre époque « internet », des contaminés et des morts quotidiens de manière rapide et incontrôlée.

Personne ne sait quand ce rythme effréné s’arrêtera mais il est certain que cela arrivera.

Alors se poseront les vraies questions auquel nous devrons bien répondre :

Pourquoi, que changer, comment, à quelle vitesse/rythme, dans quel but… ?

Le monde entier est affecté que ce soit l’économie, la finance, la santé, l’agriculture, le climat et tous les éléments vitaux, tout ce qui nous fait vivre aujourd’hui ensemble sur la planète terre.

Ce n’est pas la première fois que notre globe terrestre subit de telles catastrophes : la disparition des dinosaures, les épidémies au Moyen âge ou au début du XXème siècle, les tsunamis et feux de forêts récents etc. Mais c’est sans doute la première fois que 7 milliards d’habitants sont confrontés dans le même espace temps à un tel évènement d’une telle amplitude dans un monde si sûr de lui : capable d’explorer Mars mais « démuni » devant un virus.

Toutes les activités humaines sont affectées, des plus petites aux plus grandes, des plus anodines aux plus grands chantiers. L’ensemble des relations internationales sont concernées, les liens diplomatiques distendus, les politiques intérieurs menées au jour le jour par des gouvernants submergés par la vague de peur populaire et la crainte d’un soubresaut anarchiste.

Toute la chaîne d’approvisionnement mondiale devra être revue, l’usine du monde ne doit plus être aussi prégnante sur le commerce mondial, au même titre d’avoir été un incubateur de virus mutants et mortels et cela pour la seconde fois en une décennie ( Sars-cov 1 en 2011 et Sars-cov 2 en 2019).

Sans aucune doute l’Humain devra être la priorité et reprendre la première place. Homo sapiens ne pourra plus vivre dans une société où seul le profit est la clé de ses activités. Il devra réinventer un nouveau monde davantage centré sur une économie écologique, climatique sanitaire et culturelle. Une prise en compte des inégalités mondiales est aussi nécessaire lorsque le bilan sera fait dans les pays dit riches et les pays pauvres.

Il est encore trop tôt pour savoir où nous allons, quand et comment nous sortirons de cette crise, mais ce qui est sûr c’est que si des changements radicaux ne sont pas mis en place par les gouvernants et les peuples eux-mêmes, nous risquons de nouvelles pandémies et catastrophes de plus en plus graves et dévastatrices en vies humaines. Plein d’autres questions devront aussi être soulevées au fur et à mesure que nous sortirons de cet état.

Mais n’oublions jamais que la nature est plus forte que l’homme et qu’elle reprendra toujours sa place ou aura le dernier mot !

A suivre….

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://independancemediatique.org?trackback/260

Fil des commentaires de ce billet